Télécharger le .pdf

Le séquençage génétique de Sanger est un moyen de déterminer l'ordre des quatre nucléotides dans un brin d'ADN. Il est devenu indispensable dans les domaines de la recherche de base, de la biotechnologie, de la médecine légale et du diagnostic médical. À la fin des années 1970, la biologie voit naître les deux premières méthodes de séquençage d'ADN. L'une de ces méthodes, le séquençage de Maxam-Gilbert, utilise des produits chimiques pour rompre l'ADN et déterminer sa séquence. Frederick Sanger met au point la seconde méthode, pour laquelle il reçoit, avec Maxam et Gilbert, le prix Nobel. La méthode de Sanger part de l'idée que, en copiant des brins d'ADN et en surveillant quels nucléotides sont ajoutés, un par un, on trouve la séquence de nucléotides. Les deux méthodes ont révolutionné la biologie; cependant, le séquençage de Sanger est devenu la méthode de choix et elle fait aujourd'hui partie de la routine dans la plupart des laboratoires biologiques. C'est surtout à elle que s'intéresse cet article.

La méthode de Sanger : Comment fonctionne-t-elle? 

Figure 1A (gauche) :
Électrophorèse en gel standard.
Figure 1B (droite) :
Séquençage à l'aide de fluorophores.

Pour commencer, il vous faut un brin d'ADN à séquencer. Ensuite, vous ajoutez une séquence d'amorce, les quatre nucléotides et un enzyme appelé ADN polymérase qui incorpore de nouvelles bases de nucléotide, faisant un nouveau brin d'ADN conforme à l'original. Dans la méthode originale de Sanger, quatre différentes réactions de séquençage sont effectuées. Chaque réaction comprend un nucléotide modifié différent qui, une fois incorporé, constitue la fin d'une chaîne d'ADN, ce qui permet d'identifier la base finale. Ces échantillons sont alors soumis à l'électrophorèse en gel, méthode qui permet de séparer les nouveaux brins d'ADN sur une base en gel à l'aide de courant électrique. Les brins d'ADN peuvent alors être vus à l'aide de rayons X ou de lumière ultraviolette. Pour lire le gel, vous commencez par le bas et regardez les bandes (tirets noirs) afin de déterminer le séquençage du fragment d'ADN. Chaque colonne de gel a une base différente à l'extrémité. Par conséquent, chaque colonne représente un brin d'ADN avec cette base à l'extrémité (Figure 1A).

Des avancées ultérieures dans cette méthode ont incorporé l'utilisation de fluorophores, qui sont de petits composés chimiques dégageant des lumières colorées. En ajoutant un fluorophore coloré différent à chaque nucléotide, le séquençage peut être effectué en une seule réaction avec une seule colonne de gel pour représenter les brins d'ADN; la couleur de la bande indique la base située à l'extrémité du fragment d'ADN (Figure 1B). Cette innovation en automatisation (les ordinateurs et les machines font le travail) a rendu possible le séquençage de beaucoup plus de brins d'ADN. Le séquençage de Sanger a permis aux scientifiques de séquencer une vaste gamme d'organismes, des bactéries aux êtres humains. Récemment, les technologies de séquençage d'ADN ont été mises au point à une échelle jamais atteinte. Ces machines peuvent séquencer l'ADN d'une personne (les 3 milliards de bases) en quelques jours alors que, avant, cela prenait des années!

L’équipe des services d’éducation

Ce contenu est fourni par l'équipe des services d'éducation de Parlons sciences.


Comments are closed.

Commentaire