Pour un Canada meilleur

L’équipe des services d’éducation
18 février 2015

Télécharger le pdf

Il est difficile d’imaginer un monde sans les médicaments qui nous aident à nous sentir mieux, comme les analgésiques, les médicaments contre les allergies, les médicaments contre les nausées, les crèmes et onguents antibiotiques et les traitements antifongiques. Même lorsque nous sommes très malades et faisons appel à un médecin ou à une équipe médicale, nous croyons généralement que le médecin peut nous prescrire un médicament qui traitera ou soulagera les symptômes de la plupart des problèmes médicaux. Il y a à peine un siècle, la santé des Canadiens était beaucoup plus précaire et les personnes devaient compter sur leur « constitution robuste » et sur une alimentation adéquate pour rester en santé. Au début du 20e siècle, la plupart des produits pharmaceutiques que nous tenons pour acquis aujourd’hui n’existaient pas encore.

Les procédures médicales ayant émergé au cours des années 1800 ont ouvert la voie à des innovations telles la morphine, un alcaloïde qui se présente souvent sous forme d’un sel et qui est un dérivé de l’opium; la morphine a été utilisée comme analgésique dès 1817. Les pharmaciens de l’époque développaient souvent leurs propres mélanges d’ingrédients pour traiter de nombreux problèmes médicaux, mais les prétentions de ces produits n’étaient souvent pas vérifiées lors d’essais cliniques, pour prouver qu’ils fonctionnaient vraiment. Les personnes apprenaient généralement l’existence de ces soi-disant « médicaments » dans des spectacles de « médecins » ambulants; des petites annonces dans les catalogues et dans les almanachs étaient utilisées pour informer le public des produits offerts par un fabricant.

Nous avons effectué des progrès considérables! Au Canada, nous avons maintenant des lois protégeant les consommateurs contre les ingrédients dangereux et des politiques détaillées créées par des organismes canadiens tels l’Institut de recherche en santé du Canada, qui encadre la recherche médicale et les essais cliniques au Canada pour s’assurer que les normes éthiques et de sécurité les plus élevées soient adoptées.

En 2014, les compagnies de recherche pharmaceutique du Canada (Rx&D) fêtent 100 ans de recherche, développement et innovation au Canada. Rx&D a été fondé en 1914 sous le nom « Canadian Association of Manufacturers of Medicinal and Toilet Products ». Le tableau chronologique des Innovations pharmaceutiques canadiennes explore les derniers 100 ans de recherche, développement et innovation dans le domaine pharmaceutique et leur impact sur la société canadienne. Le tableau chronologique est une ressource en ligne interactive et conviviale soulignant les nombreuses contributions canadiennes à la recherche et au développement de nouveaux médicaments et aux domaines connexes de la recherche médicale, de la biotechnologie et de la santé publique, de 1914 à aujourd’hui. Le tableau chronologique met en évidence certains exemples de recherche scientifique fondamentale qui ont mené à des innovations significatives et au développement de nouveaux médicaments et technologies ayant amélioré la santé des Canadiens et d’autres personnes à travers la planète. La recherche canadienne a contribué au traitement du diabète à l’aide de l’insuline, à la production de masse de la pénicilline, à la mise au point d’un vaccin contre la poliomyélite, à la chimiothérapie permettant de traiter la leucémie infantile, à un vaccin contre le SRAS et à une multitude d’autres thérapies utilisées, par exemple, dans le traitement du VIH et du SIDA. Les scientifiques ayant participé à ces découvertes, les institutions canadiennes où les découvertes ont été faites et l’importance de leurs découvertes sont présentés dans la description de chaque point du tableau chronologique.

Au cours des 25 dernières années, l’ère de l’information a permis la croissance de « méga projets » permettant de récolter les données utiles utilisées dans l’avancement de la recherche pharmaceutique. Des améliorations continues apportées à l’automatisation du séquençage de l’ADN ont permis aux généticiens de séquencer de nombreux génomes, des plus petits virus aux 3,3 milliards de paires de bases du génome humain. Le Projet du génome humain (1990 à 2003) – (texte en anglais) est devenu le projet de recherche international le plus fécond du 21e siècle, permettant la mise au point de nouveaux traitements. L’analyse du génome est déjà utilisée comme source d’information lors des diagnostics et dans le traitement pharmaceutique des cancers du cerveau, du sein et du côlon.

Au cours de la dernière décennie, une nouvelle discipline, la métabolomique, a vu le jour. Elle se fonde sur l’identification rapide, à l’aide de procédés à haut débit, et sur la caractérisation de tous les métabolites (molécules intermédiaires) trouvés dans un organisme. Le métabolome humain n’a pas encore été totalement décrit parce que le corps humain contient 2900 métabolites communs, qui se retrouvent et fonctionnent de manières distinctes dans divers fluides, tissus et systèmes du corps humain. Le Projet du métabolome humain est en cours depuis 2005 et est piloté par Genome Alberta. L’objectif du projet est d’identifier, de quantifier, de cataloguer et de stocker tous les métabolites pouvant être identifiés dans les tissus et dans les fluides biologiques. Lorsque ces données auront été obtenues, elles seront mises à la disposition de tous les chercheurs, gratuitement, dans la Base de données du métabolome humain. De plus en plus, la recherche en métabolomique trouve une large gamme d’applications dans des domaines liés à la santé, dont la pharmacologie, les essais précliniques, la toxicologie, le suivi de patients après une greffe d’organe, le dépistage néonatal et la chimie clinique. Des thérapies utilisant des petites molécules ont été développées et de nombreuses petites molécules font actuellement l’objet d’activités de recherche et développement.

Que réserve l’avenir à l’industrie pharmaceutique, à la profession médicale et aux patients au Canada? L’implication canadienne en recherche dans les sciences de la santé continuera de jouer un rôle prépondérant dans le développement de nouveaux médicaments et de pratiques et protocoles de traitement médical. La recherche sur les cellules souches entamée dans les années 1960 commence tout juste à trouver des applications dans la pratique clinique. Ce champ de recherche prometteur joue aussi un rôle dans le développement de tests sur de nouveaux médicaments et dans la sélection de nouveaux composés, afin de déterminer leur efficacité et d’effectuer des études toxicologiques. Les efforts de recherche actuels en biotechnologie et en nanotechnologie se concentrent sur les nouvelles façons d’administrer des médicaments. Nous espérons que ces modes d’administration permettront aux médicaments d’atteindre les tissus cibles plus efficacement afin de lutter contre les maladies et de réduire les effets secondaires sur les tissus sains et sur les systèmes et appareils de l’organisme.

Pour en apprendre plus sur les jalons de l’innovation pharmaceutique et les contributions de nos chercheurs et institutions de recherche au Canada, consultez le tableau chronologique des Innovations pharmaceutiques canadiennes. Les 100 dernières années nous ont fait la preuve que les initiatives de recherche et développement canadiennes ont contribué à l’amélioration de la santé des Canadiens et continueront de le faire aujourd’hui et à l’avenir.

Références

National Institutes of Health (Instituts américains de la santé). National Human Genome Research Institute (Institut américain de recherche sur le génome humain). All About The Human Genome Project (HGP) (Tout sur le Projet du génome humain) (Page consulté le 19 mars 2014)

L’Encyclopédie Canadienne. Recherche médicale. (Page consultée le 26 décembre 2014).

L’Encyclopédie Canadienne. Industrie pharmaceutique. (Page consultée le 26 décembre 2014).

The Washington Post. (13 mars 2014) The triumph of genomic medicine is just beginning (Le triomphe de la médecine génomique ne fait que débuter). (Page consultée le 19 mars 2014).

Welcome Trust: Sanger Institute. The Human Genome Project (Le Projet du génome humain) (Page consultée le 19 mars 2014)

L’équipe des services d’éducation

Ce contenu est fourni par l'équipe des services d'éducation de Parlons sciences.







Soumettre un commentaire

Commentaire