Mona Nemer - Ne s’inquiétait pas trop de ses notes

Un auteur de CC
13 février 2018

Mona Nemer

Conseillère scientifique en chef du Canada

Je suis né/j’ai grandi à : À Beyrouth, au Liban.

J’habite désormais : À Ottawa, en Ontario.

J’ai complété ma formation ou mes études à : À l’Université américaine de Beyrouth, à l’Université d’État de Wichita, au Kansas, et à l’Université McGill, à Montréal.

Décrivez votre travail.

Je travaille avec des chercheurs et des décideurs dans le but de mettre au point pour le gouvernement de bonnes façons d’utiliser les sciences pour éclairer les décisions susceptibles d’améliorer notre société. Je m’efforce aussi de promouvoir les sciences au sein de la population. C’est pourquoi je collabore avec les médias et divers organismes pour aider les gens à comprendre l’importance de ces dernières.

Je suis une éducatrice dans l’âme! Il n’était pas question que j’oublie mes étudiants après ma nomination au titre de conseillère scientifique en chef du Canada. Je leur rends donc régulièrement visite au Laboratoire de génétique moléculaire et régénération cardiaque de l’Université d’Ottawa, en supervisant leurs études et leurs travaux de recherche.

J’aimais les domaines suivants :

Quelle est l’incidence de votre travail sur la vie des gens?

J’aime réellement expliquer les sciences aux gens, jeunes et vieux, en les aidant à comprendre l’importance de leur rôle dans notre quotidien. Notre façon de s’en servir pour prendre des décisions d’envergure nationale est cruciale, puisqu’elles touchent tout ce que nous faisons, qu’il s’agisse d’évaluer nos impacts sur l’environnement, de prendre soin de notre santé ou de choisir nos aliments. En expliquant les sciences à la population, on s’assure en outre que davantage de personnes feront de bons choix personnels. Et quand le gouvernement s’appuie sur des faits, il est susceptible d’adopter des lois et des politiques favorables pour l’ensemble des Canadiens.

Quels sont les aspects de votre carrière qui vous motivent?

Je veux contribuer à un monde meilleur. J’aimerais améliorer le sort des gens, des établissements et du Canada tout entier.

Le fait d’apprendre de nouvelles choses et de faire des découvertes m’enthousiasme au plus haut point. J’adore aussi voir d’autres gens acquérir des connaissances. Cela me montre que nous pouvons nous développer et nous épanouir grâce aux sciences. J’ai la chance de pouvoir parler à beaucoup de scientifiques qui évoluent dans divers domaines, et le savoir que j’en tire est l’un des aspects les plus intéressants de mon travail. Ayant la fibre enseignante, je continue de donner des cours chaque fois que l’occasion se présente. J’aime expliquer les sciences, et je crois que je suis assez douée pour bien vulgariser des notions complexes. Le poste de conseillère scientifique en chef est donc idéal pour moi, parce que je peux ainsi continuer de faire ce que j’aime, mais auprès d’un plus vaste auditoire qui inclut dorénavant le gouvernement.

Je me serais décrite comme une personne qui :

Décrivez votre cheminement de carrière.

Étant curieuse, je me suis toujours laissé guider par ma soif de connaissances. Je pose beaucoup de questions sur le monde, et je ne me suis jamais cantonnée à un seul champ d’études. J’ai amorcé ma carrière en qualité de chimiste, mais j’ai fini par m’intéresser aux sciences de la vie, parce que je voulais explorer la complémentarité de ces deux domaines. Il importe de toujours se mettre au défi et de sortir de sa « zone de confort » si on veut faire et apprendre de nouvelles choses. C’est comme ça que nous évoluons.

J’ai aussi essayé de toujours me rappeler que les échecs mènent aux réussites. Quand on échoue, on peut en effet apprendre tellement de choses, ce qui permet de nous développer et de nous épanouir. Je n’ai jamais été du genre à être pessimiste quand les choses ne vont pas comme prévu. L’adaptabilité passe souvent par la découverte de possibilités jusqu’alors inconnues.

Quelles activités aimez-vous faire en dehors du travail?

J’aime lire des romans et des biographies. J’aime aussi la randonnée, les activités de plein air et danser. J’ai aussi un laboratoire à l’Université d’Ottawa où je mentore des étudiants de cycles supérieurs. Il m’importe de conserver de solides liens avec ces derniers, parce que j’ai la chance non seulement de leur enseigner, mais aussi d’en apprendre d’eux!

Quels conseils ou mots d’encouragement adresseriez-vous aux personnes qui souhaitent entreprendre une carrière semblable à la vôtre?

Faites ce que vous aimez et recherchez les occasions de vous réaliser. Vous n’êtes pas forcés de savoir tout de suite où vous aboutirez sur le plan professionnel. En réalité, votre parcours changera probablement plusieurs fois de direction au cours de votre vie; vous êtes donc aussi bien de choisir des choses qui vous intéressent et qui piquent réellement votre curiosité!

Parlons sciences reconnaît l’apport de Mona Nemer et le remercie pour sa participation à l’initiative Canada 2067.

Un auteur de CC

Note biographique non disponible.







Soumettre un commentaire

Commentaire