Doit-on avoir peur des débris spatiaux?

Un auteur de CC
19 mars 2018

Above: The Global Seed Vault
Image ©
Øyvind Breyholtz,iStockPhoto.com

Les scientifiques estiment que la première station spatiale chinoise, Tiangong-1, pourrait s’écraser sur Terre au cours des semaines à venir. Personne ne sait où, exactement. Quand de l’équipement spatial retombe vers la Terre, il se consume normalement dans l’atmosphère. Les possibilités que des fragments nous atteignent sont donc très minimes. Mais les stations orbitales en chute font partie d’un problème plus important : les débris spatiaux.

On peut considérer les débris spatiaux comme les vestiges de nos missions d’exploration. On y trouve des objets allant de petits articles échappés par des astronautes à de gros morceaux, comme des stations orbitales en panne. Tiangong-1 a cessé de fonctionner en 2016. La NASA suit au-delà de 500 000 débris spatiaux en orbite autour de la Terre. Mais il y a beaucoup de fragments trop petits pour faire l’objet d’une telle surveillance. De plus, la densité de ces débris ne cesse de croître. Cela peut devenir un problème d’envergure! Nathalie Ouellette, bénévole de Parlons sciences, explique :

Le film de 2013 intitulé « Gravité » montrait des astronautes confrontés à un scénario fort possible appelé « syndrome de Kessler ». Ce scénario veut qu’on puisse atteindre un seuil critique où les débris spatiaux sont si denses qu’une collision peut en entraîner d’autres de plus en plus nombreuses, créant ainsi une réaction en chaîne susceptible de détruire tout ce qui se trouve là-haut!

Un tel événement serait vraiment désastreux, puisque nous sommes devenus très dépendants des satellites que nous avons mis en orbite. Ils nous aident en effet sur de très nombreux plans, comme les communications et la navigation par exemple. C’est pourquoi tout le monde, de la NASA aux compagnies technologiques en passant par les gouvernements, cherche des moyens de se débarrasser des débris qui encombrent déjà l’espace!

Cliquez ici pour lire l'article en entier

Les scientifiques n’utilisent actuellement que des fusées pour détruire les débris spatiaux, mais ils pourraient un jour se servir de lasers.

Le saviez-vous? C’est alors qu’elle était au secondaire que l’étudiante en sciences Amber Yang a mis au point un système pour suivre les débris spatiaux.

Parlons-en!

  • Quels sont les exemples de débris spatiaux mentionnés dans l’article? Pourriez-vous en nommer d’autres?
  • Qu’est-ce que le syndrome de Kessler?
  • Quels problèmes le syndrome de Kessler pourrait-il entraîner pour nous sur la Terre?
  • Jugez-vous que les gouvernements en font assez pour régler le problème des débris spatiaux?

Un auteur de CC

Note biographique non disponible.







Soumettre un commentaire

Commentaire