Ci-dessus : Image © Natali_Mis, iStockPhoto.com

Le temps file à grande allure. Tu as l’impression que l’école secondaire passe en un coup de vent. Tu commences gentiment à réfléchir à ta vie d'adulte. Tu t’es peut-être même imaginé dans

5 ou 10 ans. À quoi ressemblera ta vie ? Te vois-tu avoir des enfants ?

En lisant cet article, j'aimerais que tu imagines que la réponse est oui. Alors, comment tes enfants vont-ils venir au monde ?

De nombreux bébés sont issus de la fécondation d’un ovule par un spermatozoïde à l'intérieur du corps d'une femme, que ce soit par le biais d’un rapport sexuel ou d’une insémination artificielle. Cependant, tout le monde ne peut pas concevoir des enfants de cette façon. Environ un couple sur six connaîtra l'infertilité. Les médecins diagnostiquent l'infertilité lorsqu'un couple ne parvient pas à concevoir d’enfant après un an d'essais actifs. Ces couples peuvent choisir d'adopter un enfant. Ils peuvent également décider de recourir aux techniques de procréation assistée (TPA). Ce terme désigne tous les traitements qui impliquent la manipulation d'ovules ou d'embryons à l'extérieur du corps humain afin de créer des bébés.

Le saviez-vous? Un large éventail de personnes peut choisir d'utiliser les techniques de procréation assistée, y compris les couples (hétérosexuels et homosexuels) et les célibataires désireux d'avoir des enfants.

Nombreux sont les gens qui ont eu des enfants grâce à ces techniques. Mais celles-ci peuvent poser des problèmes éthiques. Voyons ce qui pourrait se produire lorsqu’on combine une technique appelée fécondation in vitro à une technique de dépistage appelée diagnostic préimplantatoire.

Fécondation In Vitro

Il existe de nombreuses techniques de procréation assistée. Parmi celles-ci, la fécondation in vitro (FIV) est très populaire. Le principe de cette technique est d'extraire les follicules (ovules) des ovaires d'une femme, de les féconder avec du sperme dans une boîte de pétri et d'insérer l'ovule fécondé dans le ventre d'une femme. En voici les étapes spécifiques :

  • La femme désirant une grossesse prend des médicaments qui modifient son cycle menstruel. Au lieu de libérer un ovule dans un cycle de 28 jours, elle en libère plusieurs.
  • Un embryologiste mesure ses niveaux d'hormones pour déterminer quand ceux-ci sont appropriés pour tomber enceinte.
  • Une fois que la femme est en ovulation, un embryologiste utilise une aiguille et une sonde pour extraire les ovules de son corps. Cela peut être désagréable, mais la procédure est réalisée sous anesthésie locale et sédation.
  • Les ovules de la femme sont fécondés le jour même.
  • L'embryon (ovule fécondé) est réinséré dans l'utérus de la femme.

FIV et DPI

Les futurs parents peuvent franchir une étape supplémentaire juste avant que l’embryon soit réinséré dans l'utérus. Ils peuvent utiliser une technique appelée diagnostic préimplantatoire (DPI) pour sélectionner des embryons spécifiques. De cette façon, ils peuvent éliminer les embryons porteurs de maladies génétiques et éviter de transmettre ces maladies à leur enfant.

Pour le DPI, les embryologistes prélèvent une cellule dans un embryon de 5 jours, puis évaluent le matériel génétique (ADN) de celle-ci. Cette analyse prend au moins une semaine. Les embryons dont l’ADN s’avère problématique sont détruits. Les autres sont conservés pour de prochains cycles de FIV.

Le saviez-vous? La technique de diagnostic préimplantatoire peut dépister plus de 100 maladies génétiques. Cependant, il en existe des milliers d’autres.

Alors, quels sont les enjeux ?

Premièrement, la FIV et le DPI sont des techniques coûteuses que beaucoup de gens ne peuvent pas se permettre. Cela pourrait créer un fossé social entre ceux qui ont les moyens d’éliminer les maladies génétiques et ceux qui n’en ont pas les moyens.

Deuxièmement, essayer d'éliminer les incapacités et les handicaps par le biais du DPI peut envoyer un message blessant aux personnes qui vivent déjà avec ceux-ci.

Troisièmement, cela pose des questions éthiques. Certaines critiques craignent que le DPI soit associé à des pratiques eugéniques, c’est-à-dire à la création de bébés aux caractéristiques "idéales". D’autres groupes critiquent l'éthique de l'utilisation de cette technique pour créer un sauveur, c'est-à-dire un enfant né pour guérir un frère ou une sœur atteint d'une maladie. Ceci s’effectue en donnant les cellules souches ou les tissus issus du cordon ombilical du nouveau-né à un frère ou sœur plus âgé.

Enfin, le DPI pourrait ouvrir la porte à la sélection du sexe. Par exemple, dans une technique appelée cytométrie en flux, les scientifiques peuvent utiliser un colorant fluorescent pour découvrir le sexe d’un embryon. En effet, étant donné que le chromosome X (femelle) apparaît plus brillant que le chromosome Y (mâle) dans le spermatozoïde du mâle, les parents (avec l'aide de scientifiques) peuvent choisir le sexe du bébé. Cette technique, cependant, n'est pas efficace à 100 %.

Où en est le DPI aujourd'hui ?

Différents pays ont adopté différentes réglementations sur le DPI. Au Canada, c’est la Loi sur la procréation assistée (LPA) qui réglemente ces pratiques. Celle-ci autorise le DPI pour des raisons médicales, sans toutefois préciser ces dernières. La sélection du sexe n'est pas permise, à moins qu'il ne s'agisse de prévenir un trouble lié au sexe - un trouble qui tend à se transmettre par le chromosome X ou Y. L'hémophilie, une maladie transmise par le chromosome X, en est un exemple. Les personnes atteintes d'hémophilie peuvent saigner excessivement parce que leur sang ne coagule pas correctement.

En résumé

Un enfant peut apporter beaucoup de joie et de bonheur. Mais lorsque cet enfant vient au monde grâce à des techniques médicales complexes, cela peut soulever des questions éthiques. La FIV et le DPI ont aidé de nombreuses personnes à éviter les maladies génétiques qui existent dans leurs familles. Mais jusqu'où cela va-t-il aller ?

Et toi ? Si tu pouvais choisir ton bébé, le ferais-tu ?

Le saviez-vous? Au Canada, l'achat, la vente ou l'échange de sperme, d'ovules ou d'embryons sont interdits.

En apprendre davantage

Au coeur des organes: Le cycle ovarien (2016)
Inserm

Glossaire - Procréation assistée (2013)
Gouvernement du Canada

Fécondation In Vitro (2010)
E-santé.fr

Bébé Médicament (2014)
Parlons sciences

Cliquez ici pour lire l’article anglais original avec références.

Audrey Le Pioufle

My name is Audrey and I am a geoscientist-by-training. Since my childhood, I’ve always been attracted to nature and rocks. To realize my longtime dream of becoming an Earth Scientist, I first completed a B.Sc. in Geology in 2009 at the Université du Québec à Montréal in Québec. In 2010, I pursued a M.Sc. in experimental petrology at the University of Victoria, in British Columbia, in a pursuit of accomplishment; however, when I graduated my curiosity was yet to be completely fulfilled. At that time, I realized that learning was in fact a primary component of my personal development. I am now pursuing a PhD degree in Earth sciences at the Institut National de la Recherche Scientifique (INRS) in Québec City. I hope, through my life experiences, to share my passion for sciences.

Je m'appelle Audrey et je suis une géoscientifique de formation. Depuis mon enfance, j'ai toujours été attiré par la nature et les roches. Pour réaliser mon rêve de devenir spécialiste en sciences de la Terre, j'ai obtenu mon premier baccalauréat ès sciences en géologie en 2009 à l'Université du Québec à Montréal. En 2010, j'ai obtenu une maîtrise ès sciences en pétrologie expérimentale à l'Université de Victoria, en Colombie-Britannique, dans le but de parfaire mes connaissances et satisfaire ma curiosité; toutefois, lorsque j'ai obtenu mon diplôme, ma curiosité n'était pas encore pleinement comblée. J'ai réalisé à ce moment que l'apprentissage était en fait une composante primaire de mon épanouissement personnel. Je réalise présentement un doctorat en sciences de la Terre à l'Institut National de la Recherche Scientifique (INRS) à Québec. J'espère, à travers mes expériences de vie, partager et transmettre ma passion pour les sciences.








Soumettre un commentaire

Commentaire