Comment bien préparer ta vie professionnelle au cours de tes études collégiales ou universitaires

Nicole Tardif
26 novembre 2018

Ci-dessus: Image © kali9, iStockPhoto.com

De nombreux diplômés collégiaux et universitaires ont du mal à démarrer leur carrière. Les employeurs recherchent des candidats ayant une expérience de travail et des compétences qui sont souvent difficiles à acquérir dans le cadre d’un programme d’études. Mais si personne ne veut t’embaucher, comment peux-tu acquérir de l’expérience? Et quelles sont les compétences supplémentaires recherchées par les employeurs? Dès le début tes études collégiales ou universitaires, il y a plusieurs choses que tu peux faire afin d’amener les employeurs à t’embaucher à la fin de ton parcours postsecondaire.

Il ne suffit pas de choisir le bon programme d’études. Celui-ci ne couvrira pas toutes les connaissances, les aptitudes et les compétences de travail recherchées par les employeurs. Par conséquent, les étudiants qui ne sont pas conscients de ces exigences supplémentaires se retrouvent mal préparés pour le marché du travail. Les programmes collégiaux et universitaires doivent s’assurer que les étudiants possèdent les connaissances nécessaires pour réussir dans leur domaine d’études. Mais en ce qui concerne la planification de carrière, il est essentiel de choisir très soigneusement les cours optionnels qui complèteront non seulement ton horaire, mais également ta formation. De plus, les étudiants doivent rechercher des occasions d’apprentissage et de réseautage qui les prépareront à percer et à réussir en début de carrière.

Voici quelques conseils qui faciliteront ton passage de tes études postsecondaires vers le début de ta vie professionnelle. En les suivant, tu pourras augmenter ta valeur sur le marché du travail.

1) Trouve un emploi d’été lié à ton domaine d’études ou fais un stage en alternance travail-études

Si tu n’es pas capable de trouver un emploi dans ton domaine, renseigne-toi sur les compétences requises et trouve un emploi qui te permet de les acquérir, peu importe le salaire. Les emplois d’été offerts par le gouvernement sont souvent parmi les plus convoités et parmi ceux qui offrent les meilleures expériences d’apprentissage. Si tu possèdes déjà des compétences ou de l’expérience dans ton domaine, tu pourras plus facilement trouver un emploi après l’obtention d’un diplôme collégial ou universitaire.      

2) Fais du réseautage en prenant contact avec des professionnels travaillant dans le domaine

De nombreux organismes présentent des salons de l’emploi ou d’autres événements conçus pour les étudiants. Ainsi, tu peux rencontrer des personnes exerçant des professions liées à ton domaine d’études et capables de t’apprendre des connaissances qui ne peuvent être acquises que par le réseautage. En assistant à de tels événements et en prenant contact avec des professionnels, tu auras accès à des renseignements de première main sur les possibilités d’emploi dans le domaine. De plus, tu pourrais avoir l’occasion de parler avec un employeur potentiel avant même d’être sélectionné pour une entrevue. Bref, si tu connais déjà des personnes qui travaillent dans le domaine, elles pourront t’aider à démarrer ta carrière. Mais elles ne pourront pas t’aider si elles ne te connaissent pas.

 

3) Participe à des activités et des ateliers pertinents

De telles activités t’aideront à acquérir des connaissances dans différents aspects du domaine. Par exemple, un étudiant en géologie devrait acquérir des connaissances sur l’industrie minière, la culture autochtone, la santé, la sécurité et le génie. Renseigne-toi sur les connaissances qui sont importantes dans ton domaine, mais qui ne sont pas nécessairement couvertes par ton programme d’études. Puis surveille les annonces de conférences publiques et d’ateliers organisés sur le campus.

4) Améliore tes compétences en communication et en rédaction

Recherche des occasions de prendre la parole en public. Réfléchis à l’objectif de ton discours et aux besoins de ton auditoire, puis apprends à transmettre ton message de manière efficace. Si tes compétences en orthographe, en grammaire ou en rédaction sont faibles, suis des formations sur ces sujets. Souvent, les entrevues d’emploi comportent un volet écrit, car les employeurs recherchent des candidats capables de bien s’exprimer par écrit.

5) Fais du bénévolat et exerce des rôles de leadership

Deviens membre du conseil d’administration d’un organisme étudiant. Participe à des congrès ou à des concours liés à ton domaine d’études. Ainsi, tu feras preuve de leadership, d’un bon sens de l’organisation et de la capacité à bien travailler au sein d’une équipe. Il existe également de nombreux organismes et clubs philanthropiques hors campus qui recherchent des étudiants bénévoles. Ils offrent des occasions de travailler avec des professionnels et d’acquérir de l’expérience professionnelle sans être trop exigeants.

 

6) Trouve un mentor

Un mentor peut être un étudiant plus avancé dans le même programme d’études, un professeur ou, mieux encore, un professionnel qui travaille déjà dans le domaine qui t’intéresse. En te fournissant des conseils, un mentor peut te rassurer en cas d’incertitude et t’aider à prendre les bonnes décisions. Surtout, n’hésite pas à demander : la plupart des personnes compétentes seront heureuses de te conseiller.

En résumé...

Il n’est pas toujours facile de s’intégrer à la vie professionnelle, mais il vaut la peine de préparer le terrain. Plus on commence tôt, plus les obstacles seront faciles à surmonter. Si tu suis les conseils fournis dans cet article, tu seras à l’aise, en confiance et capable de mener à bien ton premier entretien d’embauche pour un emploi à temps plein. Bonne chance!

Nicole Tardif

I have been in the post-secondary industry for 20 years. I hold a B.Sc. and M.Sc. in geology from Laurentian University, and have been working at Laurentian for 14 years. I am a member of several educational mining boards and organizations, and am Chair of Modern Mining & Technology Sudbury, a non-profit organization that promotes careers in mining.

J’évolue dans le domaine de l’éducation postsecondaire depuis deux décennies. Je détiens un baccalauréat et une maîtrise en géologie de l’Université Laurentienne, où je travaille depuis 14 ans. Je collabore avec divers groupes qui cherchent à tisser des liens entre le secteur minier et celui de l’éducation. Notamment, je suis présidente d’Exploitation minière moderne et technologie Sudbury, un organisme sans but lucratif qui fait la promotion des carrières de l’industrie minière.







Soumettre un commentaire

Commentaire